Info ou intox : l’oreiller nous fait-il mieux dormir ?

Disclaimer : cet article est écrit en partenariat avec Wopilo, l’oreiller français qui vous fait la promesse de mieux dormir.

Mal aux cervicales ou au dos ? Réveils nocturnes ? Difficultés à s’endormir ? De nombreux troubles du sommeil trouvent leurs origines dans une mauvaise literie. Le matelas n’est pas le seul fautif, il ne faut pas sous-estimer la complicité de l’oreiller. Quelles sont les conséquences d’un mauvais oreiller sur notre sommeil ? Un bon oreiller permet-il de mieux dormir ?

Votre oreiller doit prendre soin de vous, même en dormant

Soutien et maintien sinon rien

L’oreiller ne sert pas simplement à reposer notre tête et à dormir confortablement. Il est capable de bien plus ! Il permet de soutenir nos cervicales et de reposer les muscles du cou et du dos. La relaxation musculaire a un rôle clé dans l’endormissement et offre un sommeil réparateur de qualité.

Connaissez-vous la durée de vie d’un oreiller ? Trois ans en moyenne. Selon une étude anglaise, 57% des personnes interrogées pensent qu’il faut en changer lorsqu’il est plat. Dans la majorité des cas, il est déjà trop tard…

 

Ne confiez pas votre sommeil à n’importe qui 

Un oreiller bon marché perd son maintien au bout de 6 mois. Ainsi, votre tête s’enfonce trop dans l’oreiller, sollicitant fortement les cervicales. C’est ce qui fait que vous avez mal au cou ou à la nuque au réveil par exemple. Les maux cervicaux peuvent aussi avoir une influence sur le mal de dos ou les migraines à répétition. Nous savons tous à quel point la qualité de nos nuits peut impacter notre vie (fatigue, somnolences, sensation de ne pas être reposé).

Un bon oreiller vous offre un cycle du sommeil de qualité : de l’endormissement au réveil en vous évitant de vous réveiller plusieurs fois par nuit. Le choix de l’oreiller est important, nous y posons notre tête 1/3 de notre vie.

 

Qu’entendons-nous par bon oreiller ?

Quels sont les critères d’un oreiller de qualité ? Pas toujours facile de s’y retrouver dans l’offre pléthorique du marché. Suivez le guide !

1. Le garnissage

Il existe deux types de garnissages :

  • Naturel : en plumes, duvet ou encore en céréales (balles d’épeautre, sarrasin, coco).
  • Synthétique : polyester (fibres creuses siliconées et microfibres) pour les oreillers traditionnels et mousse à mémoire de forme, latex pour les oreillers ergonomiques

Ils possèdent tous leurs spécificités techniques. Côté confort, privilégiez le duvet et la plume et si vous êtes vegan, privilégiez la microfibre. Choisissez-le en fonction de vos besoins.

Attention, les oreillers bons marchés sont à base de polyester avec des fibres bien moins qualitatives que les oreillers premium dont les microfibres dernière génération imitent parfaitement le gonflant du duvet.

2. La fabrication et l’enveloppe de l’oreiller

Fabriquer un oreiller requiert un vrai savoir-faire. Cocorico, les ateliers français sont encore des experts dans la confection d’oreiller. Concernant l’enveloppe de l’oreiller (sur laquelle vous posez votre tête), privilégiez les matières naturelles comme la percale de coton qui apporte de la douceur et de la respirabilité.

3. Le format : passer au rectangulaire comme dans les hôtels ?

L’oreiller carré est une exception dans quelques pays européens dont la France. Dans les autres pays du monde, nous dormons sur des oreillers rectangulaires. Ils offrent un gain de place, une surface de contact avec la tête plus grande et une meilleure répartition du garnissage qui aura moins tendance à se déplacer vers les extrémités.

Ainsi, il vous évitera de plier l’oreiller en deux pour apporter plus de soutien, comme nous avons parfois l’habitude de le faire avec l’oreiller carré !

 

Choisissez un oreiller qui vous ressemble

Les types d’oreillers ne manquent pas : anatomique, ergonomique, traditionnel… Tout comme les différentes matières de garnissage. Face à tant de possibilités, choisir l’oreiller qui vous convient peut-être rapidement un casse-tête.

“93% des personnes dorment sur le dos ou sur le côté”

C’est votre position de sommeil qui va conditionner votre choix. Si vous dormez sur le côté ou sur le dos, choisissez un oreiller qui va assurer un juste équilibre entre confort et soutien. Nous savons que le confort est personnel, prenez le temps de tester un oreiller plusieurs nuits avant de vous faire un avis.

D’un point de vue ostéopathique, il n’est pas recommandé de dormir sur le ventre car cette position ne respecte pas la courbure naturelle de la colonne vertébrale (au contraire elle l’inverse).

L’oreiller ergonomique, le choix médical

Souvent plébiscités contre les maux cervicaux, l’oreiller ergonomique apporte un soutien toute la nuit et un bon alignement de la colonne vertébrale. Cependant, il n’est pas forcément confortable (en plus de tenir chaud).

L’oreiller traditionnel, le choix historique

L’inverse est vrai pour les oreillers traditionnels : ils apportent un très bon confort immédiat mais peu de maintien à moyen terme. Il doit être de bonne qualité si vous voulez qu’il dure plusieurs années.

Verdict : INFO !
Mais que faire désormais ?

Si vous souffrez de troubles du sommeil, vous pouvez consulter un spécialiste ou un ostéopathe qui pourra certainement vous soulager. Commencez également par regarder les bonnes marques d’oreillers. Par exemple, si vous souhaitez dormir sur un oreiller qui allie un confort ferme ou moelleux et un soutien cervical, n’hésitez pas à jeter un oeil chez Wopilo.

Amis ostéopathes, si vous êtes intéressés par notre oreiller, n’hésitez pas à contacter l’équipe de Wopilo 🙂

Autres publications à découvrir...