L’ostéopathie pourrait être bénéfique dans les services d’urgences

urgence ostéopathieIl est admis que les services d’urgence connaissent aujourd’hui une véritable saturation. Estimé à 7 millions en 1990, le nombre de passage aux urgences dépassait la barre des 20 millions en 2015 en France ! Face à cette patientèle toujours plus nombreuse, il existe un réel manque d’effectif parmi les professionnels médicaux travaillant dans ces services. Cette réalité peut malheureusement parfois se traduire par une altération de la qualité et de la rapidité des prises en charge des patients.

Nous pouvons supposer que cette situation pourrait être améliorée par l’introduction de nouveaux thérapeutes qui seraient qualifiés pour prendre en charge les patients ne nécessitant pas de soins médicaux vitaux. Ceci permettrait de réduire la charge de travail du personnel qui pourrait s’occuper exclusivement des cas nécessitant une prise en charge médicale d’urgence.

Thomas Mesnier, député et médecin urgentiste à Angoulême préconisait, dans un rapport adressé au ministre de la santé début 2018, d’ouvrir les urgences aux autres professionnels de santé afin qu’ils aient la possibilité de faire un certain nombre de premiers soins. Selon lui, « bien des demandes de soins non programmés ne nécessitent pas d’avoir fait dix ans de médecine ».

Des données provenant des États-Unis montrent que les troubles musculo-squelettiques aigus représentent 13,8% des visites aux urgences. Or, les troubles musculo-squelettiques représentent 62% des motifs de consultation en ostéopathie en France. Nous pouvons donc présumer que les ostéopathes pourraient faire partie de ces nouveaux thérapeutes, cités ci-dessus, qui aideraient à réduire la surcharge de travail du personnel des urgences.

Deux études ont déjà commencé à évaluer l’intérêt d’une intervention ostéopathique au sein des urgences pour certains motifs de consultation.

 

Première étude : ostéopathie et douleur cervicale aiguë aux urgences

L’objectif principal concernant la prise en charge des patients se présentant avec des douleurs cervicales aiguës aux urgences est de soulager leur douleur, après qu’une pathologie ou une blessure importante ait été exclue.

Ces patients sont couramment traités avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) qui sont avérés efficaces dans le traitement des patients souffrant de douleurs musculo-squelettiques aiguës au service des urgences.

Les chercheurs ont alors comparé l’efficacité d’un traitement par AINS par rapport à un traitement ostéopathique chez des patients se présentant aux urgences avec une douleur cervicale aiguë.

 

Méthode 

Les patients ont été séparés en deux groupes :

  • Un groupe recevant une infiltration intra musculaire d’AINS (29 patients)
  • Un groupe recevant un traitement ostéopathique (29 patients)

 

Résultats  

Les auteurs ont constaté que, une heure après le traitement, le traitement ostéopathique était aussi efficace que les AINS pour soulager la douleur.  Le traitement ostéopathique s’est avéré plus efficace que le traitement par AINS pour réduire le niveau de douleur chez les 40 patients n’ayant pas déjà pris d’AINS au cours des 24 dernières heures.

De plus, 27% patients ayant été traités par AINS ont connu des effets indésirables (vertiges, douleur au bras, somnolence, dyspepsie, palpitation, étourdissement, nausée ou vomissement).

 

Conclusion

Les auteurs concluent que le traitement ostéopathique constitue une alternative raisonnable au traitement anti-inflammatoire non stéroïdien chez les patients souffrant de douleurs cervicales aiguës dans un contexte de service des urgences.

 

► Consulter un Ostéopathe Oostéo ◄

 

Deuxième étude : ostéopathie et entorse aiguë aux urgences

10% des passages aux urgences sont dûs à des blessures au niveau de la cheville et environ 75% de ces blessures sont des entorses.

Les soins standards concernant la prise en charge de l’entorse comprennent des anti-douleurs ainsi que le protocole RICE (repos, glaçage, compression, élévation).

Des chercheurs ont voulu évaluer l’intérêt de l’intégration d’un traitement ostéopathique dans la prise en charge traditionnelle des entorses de chevilles aiguës.

 

Méthode

55 patients diagnostiqués avec une entorse de cheville aiguë ont été recrutés dans l’étude.

Ils ont été séparés en deux groupes :

  • Un groupe recevant le traitement médical traditionnel uniquement (27 patients)
  • Un groupe recevant le traitement médical traditionnel + le traitement ostéopathique (28 patients)

 

Résultats

Après l’intervention ostéopathique, les patients ont présenté une amélioration statistiquement significative de l’œdème et de la douleur.

Une semaine après, les deux groupes de patients ont présenté des améliorations statistiquement significatives globales. Cependant, les patients ayant reçu un traitement ostéopathique ont présenté une amélioration statistiquement significative de la mobilité de la cheville par rapport au groupe n’ayant pas reçu de traitement ostéopathique.

 

Conclusion

Les auteurs concluent que les données démontrent clairement qu’une seule session d’ostéopathie dans l’urgence peut avoir un effet significatif sur la gestion des blessures aiguës à la cheville.

 

Conclusion générale

Ces études laissent émerger l’idée que la présence d’ostéopathes au sein des services d’urgence pourrait être bénéfique pour les patients. Elles se limitent à deux motifs de consultation et des recherches supplémentaires sont nécessaires pour évaluer l’intérêt du traitement ostéopathique concernant d’autres troubles aigus.

Malgré tout, nous pouvons aisément penser que l’efficacité de l’ostéopathie pourrait aller au-delà de ces deux motifs de consultation explorés dans cet article. En effet, quand on sait par exemple que 90% des patients présentant une lombalgie aiguë n’ont aucune cause médicale (fracture, cancer etc) permettant d’expliquer celle-ci, nous pouvons imaginer que la présence d’ostéopathes dans des services d’urgence serait particulièrement adaptée à la prise en charge de ces patients.

Il est malgré tout nécessaire de rappeler que l’ostéopathie ne peut suppléer les urgences. S’il existe des services hospitaliers spécialisés dans les urgences, c’est bien que celles-ci nécessitent un savoir-faire et un matériel adapté à la prise en charge de ces situations délicates. 

Une urgence, comme son nom l’indique, nécessite une intervention rapide. Toute prise de retard face à ce genre de situation peut être véritablement délétère pour le patient. 

 

Références

1.  J Am Osteopath Assoc. 2005 Feb;105(2):57-68. Intramuscular ketorolac versus osteopathic manipulative treatment in the management of acute neck pain in the emergency department: a randomized clinical trial. McReynolds TM1, Sheridan BJ.

 

2. J Am Osteopath Assoc. 2003 Sep;103(9):417-21. Osteopathic manipulative treatment in the emergency department for patients with acute ankle injuries. Eisenhart AW1, Gaeta TJ, Yens DP.

► Consulter un Ostéopathe Oostéo ◄

 

Autres publications à découvrir...