Point rentrée des classes : les conséquences d’un sac à dos trop lourd et/ou mal porté !

Osteopathie cartable lourd

Presque un mois s’est écoulé depuis la dernière rentrée des classes et la fatigue, les maux de dos et plaintes à répétition de vos enfants se font déjà ressentir. Ne les négligez pas, il s’agit peut-être de signes annonceurs de problèmes de dos à prendre au sérieux ! Faisons un point sur les erreurs potentiellement commises par votre enfant depuis le 1er septembre, qui sont susceptibles de lui coûter tôt ou tard des douleurs vertébrales.

Ce diable d’effet de mode

Dans notre société priorisant l’avoir et le paraître sur l’être, les enfants sont dans la ligne de mire des spécialistes en marketing d’accessoires écoliers, et c’est à celui qui se démarquera le plus le jour fatidique de la rentrée des classes. Malheureusement, notre progéniture encore trop faible et fragile au collège, ignore les conséquences néfastes d’un attirail scolaire « beau » et « tendance », préféré à un ensemble solide et utile, et c’est là que nous (puis vous) intervenons.

 ► Consulter un Ostéopathe Oostéo ◄

 

Problème n°1 : Un cartable trop chargé et peu solide
Nous l’évoquons en fin d’article, le dos est à l’origine de dépenses pharaoniques en termes d’argent à la sécurité sociale, de temps chez un spécialiste de santé, et d’énergie liée aux douleurs subies. Le point de départ à tout cela est souvent lié à l’adolescence, période pendant laquelle notre corps évolue, notre colonne vertébrale se fraye un chemin – a priori – vertical et où il faut être le plus attentif possible aux signaux émis par notre corps.
De fait, au collège le poids du cartable avoisine très souvent les 10 kilos (soit plus lourd qu’un pack de 6 bouteilles d’eau !), alors qu’en théorie, il ne doit pas dépasser 10% du poids total de l’enfant. Ce surplus impose donc aux structures de la colonne vertébrale des charges quotidiennes pouvant être à l’origine de douleurs de la colonne vertébrale et plus globalement des douleurs de croissance.

Conseil n°1 : Le choix du cartable est un facteur déterminant, un rangement optimal est son meilleur lieutenant
Donnez votre accord pour un cartable léger (en tissu, par exemple) et solide, rigide avec des bretelles larges, ajustables et ne dépassant pas la largeur du dos de votre enfant. Quid du cartable à roulette ? En vérité, ce n’est pas nécessairement la meilleure alternative puisque, si son utilité première est de rouler, rien ne vous prouvera que votre enfant s’en servira comme tel, d’autant que lorsqu’il aura des marches à monter, le déséquilibre provoqué au niveau du dos sera deux fois plus préjudiciable à sa colonne vertébrale.

Problème n°2 : Un cartable mal porté
Toujours dans la rubrique « effet de mode malsain », le collégien est confronté au jugement permanent de ses pairs et bien souvent contraint de se comporter comme tout le monde. Par exemple, il est coutume de porter son cartable (ou son sac à dos) sur les fesses, les bretelles descendues au plus bas, or, en plus de ne dégager aucune classe, cette habitude est mauvaise pour les épaules, le cou et le dos. En outre, les sacs à bandoulière et cartables à bretelles portés sur une épaule provoquent un déséquilibre dans la répartition inégale des poids supportés par la colonne vertébrale.

Conseil n°2 : Adopter les bons gestes pour porter son cartable
N’hésitez donc pas à guider votre enfant dans sa manière de soulever son cartable, en n’oubliant pas de mentionner l’importance de plier les genoux pour ramasser son cartable (ou un objet quelconque) au sol afin de maintenir le dos droit, et d’éviter un nombre trop important de tensions musculaires au niveau des lombaires.
Bien entendu, il va de soi que porter son cartable avec les deux bretelles, au-dessus des fesses et légèrement en-deçà des épaules est l’attitude la plus susceptible de maintenir le dos de votre enfant en pleine forme !

Mentions spéciales

Attention à la mauvaise posture : Assis en tailleur sur une chaise, jambes croisées, un pied sous les fesses, … nombreuses sont les mauvaises habitudes prises par les enfants à l’école, qui causent bien souvent des traumatismes sur la colonne vertébrale et qu’ils regretteront à l’âge adulte. Il en est de même pour ceux qui aiment être avachis dans le canapé : adultes ou enfants, vous faites souffrir votre dos et vous exposez à de douloureuses complications musculaires et articulaires.

Conseils adaptés : en cas de position assise prolongée, installez-vous au fond de votre fauteuil, le dos droit et les pieds bien à plat sur le sol. Pratiquez également une activité physique et sportive adaptée à votre morphologie (lire notre article sur le sport).
Un ostéopathe, par des manipulations vertébrales, peut avoir des effets bénéfiques et immédiats pour votre enfant, lui soulageant de fait des céphalées, maux de dos et scolioses liées à un environnement scolaire auquel il n’était pas préparé.
Nous en apprenons davantage sur le site internet du cabinet d’ostéopathie de Nicolas Rodet et d’Astrid Leclerc (Paris 2).

Quelques chiffres à retenir :

  • 1 enfant sur 2 deviendra un adulte confronté à des problèmes de dos
  • 2 adolescents sur 3 consultent un ostéopathe à cause d’un mal de dos
  • Le mal de dos coûte près de 2 milliards d’euros et 9 millions de journées d’arrêt de travail chaque année

► Consulter un Ostéopathe Oostéo ◄

Oostéo vous recommande :

Coraline DELGADO – Ostéopathe à Beauvais – 03 67 23 00 31

Charlotte Martel – Ostéopathe à Toulon – 04 28 00 04 20

Autres plublications à découvrir...