Afficher le menu

L’évolution des motifs de consultation chez un ostéopathe

L’évolution des motifs de consultation chez un ostéopathe

Le métier d’ostéopathe a le vent en poupe, et le nombre de consultations en ostéopathie ne cesse d’augmenter depuis plus d’une décennie. Nous l’avons assez souvent évoqué, la démocratisation de l’ostéopathie est en marche, à tel point que plus d’un français sur deux déclare avoir déjà consulté un ostéopathe au moins une fois dans sa vie. (D’après le rapport Harris sur les médecines douces).

Une évolution des motifs de consultation chez un ostéopathe

Toutefois, si l’accueil du grand public a évolué dans le bon sens ces dix dernières années, les motifs de consultation chez un ostéopathe ont, eux aussi, suivi l’évolution des modes de vie contemporains. En effet, la récente étude réalisée par Piggums, société éditrice de Ostéo2ls, met en lumière l’apparition de « nouveaux » motifs de consultation qui étaient jusqu’alors relativement faibles, voire inexistants. Parmi ces motifs, consulter un ostéopathe pour demande de (sur)productivité au travail, ou dans la vie de tous les jours (couramment appelé phénomène de « burn-out »), serait le motif ayant le plus évolué ces 10 dernières années (69% des répondants), d’après l’échantillon de 153 ostéopathes interrogés dans le cadre de cette étude. Les troubles du comportement chez l’enfant, tels que l’hyperactivité (35,9%) ou les troubles de l’apprentissage (27,5%), par exemple, ont été beaucoup plus à l’origine de prise de rendez-vous chez un ostéopathe qu’à l’époque.

Le statut évolutif du métier d’ostéopathe

A la lecture de cette étude, force est de constater que l’évolution de la société a finalement contribué à l’évolution du métier d’ostéopathe, dans la mesure où les patients se tournent de plus en plus vers leurs thérapeutes pour évoquer des sujets sensibles (tabous liés à la grossesse, obésité, agressions sexuelles). L’espoir du patient semble être davantage de trouver une oreille attentive, face au remplissage continu des salles d’attentes des médecins généralistes, qui se trouvent pour leur part moins disponibles pour évoquer ces thématiques, selon les sondés. Nous vous invitons à consulter le rapport complet du sondage diffusé en Juin 2019 par la société Piggums, éditrice d’Ostéo2ls, pour de plus amples informations.


Autres publications à découvrir

Consulter un ostéopathe