Afficher le menu
Claquage musculaire et ostéopathie

Claquage ou déchirure musculaire, nous vous expliquons quel rôle peut y jouer un ostéopathe…

On parle couramment de claquage ou de déchirure musculaire lorsqu’un muscle est traumatisé et qu’une ou plusieurs fibres musculaires sont rompues. Une rupture peut avoir lieu spontanément, lors d’un coup, ou lors d’une coupure par exemple. La douleur peut se révéler très intense et nécessite une bonne récupération et donc un temps de repos de plusieurs semaines afin de favoriser la reconstruction de la fibre musculaire. Le claquage est une blessure courante chez les sportifs, notamment chez les sprinters, danseurs et artistes de scène en général…

Comment reconnaître la déchirure ?

Un claquage se reconnaît notamment par la présence souvent d’un hématome, et/ou d’un gonflement visible à la surface de la peau à l’endroit de la rupture musculaire. Il est souvent nécessaire de passer un examen complémentaire afin de voir où se situe la lésion et de prendre conscience de son ampleur. Pour regarder un tissu musculaire, rien de mieux que l’échographie ! Et non, ce n’est pas réservé qu’aux femmes enceintes.

La douleur est en général violente, brutale et locale au niveau de la blessure. Le muscle réagit instantanément, il ne peut plus être mobilisé par le patient. La palpation, la mobilisation, l’étirement deviennent extrêmement douloureux. Dans les jours qui suivent commencent à apparaître le ou les hématomes, ainsi que le gonflement du membre qui lui peut être quasiment immédiat. Une raideur est ressentie dans les jours et les semaines qui suivent sur le muscle, et cette raideur peut durer dans le temps. Les premiers soins doivent impliquer l’application de froid sur la zone ainsi qu’une compression. Le drainage lymphatique peut suivre pour éliminer l’oedème et ensuite, c’est une reprise progressive de l’étirement, passif puis actif et doucement de la rééducation du muscle lésé qui doivent être entrepris auprès de professionnels de santé.

L’ostéopathe a son rôle à jouer…

En complémentarité des autres disciplines, l’ostéopathe a son rôle à jouer dans la récupération musculaire et également dans la prévention classique et de récidive de ce type de blessure. Quand la déchirure a déjà eu lieu, que le patient s’est reposé, que la fibre musculaire cicatrise et que la rééducation est entamée, l’ostéopathie pourra faire partie intégrante du rétablissement. Un ostéopathe arrive à déterminer les tensions, les manques de mobilités, et les restrictions notamment sur les tissus mous.

Grâce à l’aide de techniques douces, l’ostéopathe aide à la bonne circulation et donc au drainage de l’œdème, il permet au sportif de retrouver et de garder par la suite une souplesse musculaire en évitant la fibrose cicatricielle. Votre ostéopathe permettra également de bénéficier d’un avis plus global et il pourra travailler à distance de la zone lésée, et examiner les structures osseuses sur lesquelles s’attachent le muscle lésé.

Les conseils pour éviter ce type de lésion :

  • Bien échauffer ses muscles avant un effort
  • Bien s’hydrater au quotidien et avoir une bonne alimentation
  • Prévenir et repérer les états de fatigue, ne pas forcer
  • Éviter l’effort inhabituel, excessif et brutal
  • Entretenir son muscle et sa souplesse au quotidien

Les conseils afin que le rétablissement se passe bien :

  • Ne pas masser, cela risquerait d’aggraver la lésion déjà présente
  • Protéger son muscle des coups extérieurs
  • Se reposer : très important si l’on veut bien cicatriser
  • Appliquer de la glace, avec tissu protégeant la peau et pas plus de 20 min/h
  • Compression du muscle lésé dans un tissu type bande élastique
  • Élévation du membre atteint pour faciliter le retour veineux

Autres publications à découvrir

Consulter un ostéopathe