Ostéopathie humanitaire au Pérou, par Lara Mourrut

ostéopathie pérouDans cette rubrique du blog Oostéo, nous mettons à l’honneur des ostéopathes français ayant décidé de quitter l’Hexagone.

Ce n’est une découverte pour personne, la profession d’ostéopathe est saturée depuis bien des années, comme en témoignent de nombreuses études sur le sujet. La réglementation floue concernant les accréditations d’écoles d’ostéopathie, ainsi que l’augmentation de la demande de consultations ont contribué à une augmentation du nombre d’ostéopathes en France de l’ordre de 700% depuis 2002. Par ailleurs, la population ostéopathique mondiale est majoritairement concentrée en France, laissant de fait peu (voire pas) de place aux jeunes diplômés.

Par conséquent, on pourrait croire que les opportunités qui s’offrent à ces derniers diminuent avec le temps (remplacements à rallonge, ostéopathie à domicile, concurrence féroce même dans les villes de taille moyenne), mais certains de nos jeunes talents français ont opté pour une option à la fois courageuse et riche en enseignements : l’expatriation.

Vous découvrirez dans cette rubrique les raisons qui ont poussés nos jeunes confrères et consœurs à quitter la France Métropolitaine, leur démarche et les conseils qu’ils donnent à ceux qui hésitent encore.

 

« Quand Andrew Taylor Still rencontre Erasme … »

 

L’aventure relatée aujourd’hui est légèrement différente des expériences précédentes, dans la mesure où Lara ne s’est pas expatriée au Pérou, mais y a vécu une expérience humanitaire qui méritait d’être partagée. Lara Mourrut, 23ans, est diplômée de l’école ATMAN à Sophia Antipolis, et aujourd’hui installée à Mougins depuis juin 2018 où elle exerce à domicile.

 

► Rejoignez le réseau Oostéo ◄

 

Quelles sont tes motivations de départ à l’étranger ?

J’ai choisi de faire un séjour humanitaire au Pérou, par goût du voyage et pour atteindre une culture qui ne connaît pas encore l’ostéopathie. L’objectif était de partir en immersion dans ce pays, pour partager le mode de vie des péruviens et les soutenir dans le domaine médico-social (traitements ostéopathiques, confections de matelas, apport de matériel d’hygiène corporelle et bucco-dentaire, apport de matériel scolaire dans chaque école) en collaboration avec d’autres bénévoles déjà sur place.

Je suis restée 6 semaines, et bien-sûr j’aimerais réitérer cette expérience dans un autre pays.

 

As-tu fait une étude terrain concernant le processus d’installation ?

Je ne me suis pas vraiment renseignée sur les modalités d’installation car cela n’était pas du tout mon projet, cependant, l’ostéopathie étant inconnue pour tous dans ce pays, je ne pense pas qu’une installation soit facile à concrétiser.

Les conditions de travail sont globalement toujours précaires en humanitaire, et cette expérience péruvienne n’a pas dérogé à la règle.

 

L’équipe Oostéo remercie Lara Mourrut pour son partage d’expérience au Pérou et vous invite à consulter son site Internet pour de plus amples informations.

Nous vous invitons également à partager vos expériences d’installation en dehors des sentiers battus, ou même de pratique temporaire de l’ostéopathie à l’étranger, en nous envoyant vos témoignages par mail à l’adresse mail suivante : contact@oosteo.com.

 

► Rejoignez le réseau Oostéo ◄

 

 

Autres publications à découvrir...